La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

7 octobre, 2007

“Laissez à la littérature gabonaise le temps de se faire” Pierre MONSARD SIEGU

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 18:35

pierremonsard.jpg 

“Faites de la littérature tout simplement.”

“Pierre Monsard avec mes mots…” 

Ya Pierre, une prière me brûle les lèvres, une dictée obséquieuse me torture, mais je ne puis…ton regard incisif et inquisiteur m’en blâmerait; je ne vais pas me faire engueuler une nouvelle fois, non? Je t’entends d’ici gronder: “ce n’est pas toi!”, “ça ne te ressemble pas, Rodrigue!” me lancerais-tu devant mon visage éhonté. A défaut de savourer une bonne “clope”, tu me communiquerais ta volonté par l’une de ces phrases dont seul toi-même a encore le secret: “tu veux parler de moi? Eh bien fais-le avec tes tripes ou avec ton sang et arrête tes salades!”. Voici pourquoi au lieu d’une prière ou d’un discours pensé, je m’en vais te raconter, conter ce que ton existence a laissé en moi, en chacun d’entre nous.    

 Tout avait commencé par un mot, que dis-je, par un vocable époustouflant de vigueur et de tonicité: “Gaboniaiseries”. Je ne l’avais pas senti comme une vision profonde des “niaiseries” bouffonnes par lesquelles, ici ou là, chez nous au pays, nos vies mornes, chétives et formatées se délitent, s’effilochent au rythme des saisons, au rythme également des contentements alimentaires de toutes sortes. Ivunde, pourtant les acteurs prometteurs de “L’Express” s’en faisaient les hauts-parleurs, ta fameuse “Oraliture” aussi.

“Gaboniaiseries”? Ce fut tout trouvé, bien pensé; j’en entends mieux la vivacité aujourd’hui, plus qu’avant, un peu mieux qu’hier. Yaye, la brèche que tu as laissée ouverte est béante et les héritiers, nombreux maintenant et talentueux, s’en félicitent; des “brigades d’applaudissements” surabondent et l’acclament les paumes en feu; ta création verbale, pour te dire, inspire d’ailleurs quelques beaux textes et ainsi fait proliférer, sous des langues bientôt impertinentes, parfois païennes et souvent langoureuses, des oeuvres poétiques, des monographies érudites, mais surtout des oeuvres narratives que l’on répute “très prometteuses”. “Les Oubliés de la forêt des abeilles”, “Féminin interdit, “Cabri mort n’a pas peur de couteau”, je viens de les ouvrir, quelques “délicieuses insomnies de France” plus tard, c’est encore toi que je vois, le menton et les joues chevelus (l’été uniquement), l’œil en poste de vigie, me commander, comme à ton habitude de magister, d’être sincère et juste en littérature.

Ya Pierre, ainsi l’on te nomme intimement car, en lettres capitales, Pierre MONSARD, ton nom s’écrit, s’épelle depuis toujours, tout au fond de mon cœur, au plus profond de mon être. Etre-Majuscule, tu l’es; beaucoup te l’ont déjà confessé; très humblement, c’est à mon tour: cette dictée sainte s’arrache de mon cœur, ricoche sur mes lèvres et caresse mes oreilles pour te dire “Diboti”. En pensant à toi, en jalousant par avance tes conversations hilares avec Sony LABOU TANSI et tes commerces savants avec Ahmadou KOUROUMA, je brûle pieusement de l’encens devant ton parcours unique…qu’est-ce que vous devez bien vous marrer Là-Haut ! 

  Rodrigue Kaba

17 réponses à ““Laissez à la littérature gabonaise le temps de se faire” Pierre MONSARD SIEGU”

  1. Eric Joël Békalé dit :

    Pierre fut un grand homme, aussi bien dans le milieu universitaire (UOB) que dans l’environnement culturel. Il a lu et corrigé le manuscrit de AU PAYS DE MBANDONG et fait partie des personnes qui m’ont encouragé dans mon acte d’écriture. Ses blagues me manquent…

    Merci Pierre!

  2. nterr25 dit :

    tres beau blog.. et l’afrique…
    je suis originaire de RDC mais suis de nationalité Suisse.
    bonne continuation.
    bye.

  3. NIDISH dit :

    Ne penses-tu pas que ce sous-titre, en orange, dévalorise ce que par ailleurs tu défends comme une existence réelle !

    Bravo, pour ce que tu fais ! Tous mes encouragements !

  4. Janis O. dit :

    Le cancer de la littérature gabonaise, ce sont les écrivains eux-mêmes. Nageant moi-même dans les eaux troubles de cette littérature, je sais pertinement de quoi je parle. La littérature chez nous est synonyme de tremplin. Je peux vous citer des exemples pêle-mêle.

  5. Eric Joël BEKALE dit :

    Donne nous des exemples Janis !

  6. Janis, nous attendons tes exemples

  7. KABA Rodrigue dit :

    « Pierre Monsard avec mes mots… »
    Ya Pierre, une prière me brûle les lèvres, une dictée obséquieuse me torture, mais je ne puis…ton regard incisif et inquisiteur m’en blâmerait; je ne vais pas me faire engueuler une nouvelle fois, non? Je t’entends d’ici gronder: « ce n’est pas toi! », « ça ne te ressemble pas, Rodrigue! » me lancerais-tu devant mon visage éhonté. A défaut de savourer une bonne « clope », tu me communiquerais ta volonté par l’une de ces phrases dont seul toi-même a encore le secret: « tu veux parler de moi? Eh bien fais-le avec tes trippes ou avec ton sang et arrête tes salades! ». Voici pourquoi au lieu d’une prière ou d’un discours pensé, je m’en vais te raconter, conter ce que ton existence a laissé en moi, en chacun d’entre nous. Tout avait commencé par un mot, que dis-je, par un vocable époustoufflant de vigueur et de tonicité: « Gaboniaiseries ». Je ne l’avais pas senti comme une vision pronfonde des « niaiseries » bouffonnes par lesquelles, ici ou là, chez nous au pays, nos vies mornes, chétives et formatées se délitent, s’effilochent au rythme des saisons, au rythme également des contentements alimentaires de toutes sortes. Ivunde, pourtant les acteurs prometteurs de « L’Express » s’en faisaient les hauts-parleurs, ta fameuse « Oraliture » aussi. « Gaboniaiseries »? Ce fut tout trouvé, bien pensé; j’en entends mieux la vivacité aujourd’hui, plus qu’avant, un peu mieux qu’hier. Yaye, la brêche que tu a laissée ouverte est béante et les héritiers, nombreux maintenant et talentueux, s’en félicitent; des « brigades d’applaudissements » surabondent et l’acclament les paumes en feu; ta création verbale, pour te dire, inspire d’ailleurs quelques beaux textes et ainsi fait proliférer, sous des langues bientôt impertinentes, parfois païennes et souvent langoureuses, des oeuvres poétiques, des monographies érudites, mais surtout des oeuvres narratives que l’on répute « très prometteuses ». « Les Oubliés de la forêt des abeilles », « Féminin interdit », « Cabri mort n’a pas peur de couteau », je viens de les ouvrir, quelques « délicieuses insomnies de France » plus tard, c’est encore toi que je vois, le menton et les joues chevelus (l’été uniquement), l’oeil en poste de vigie, me commander, comme à ton habitude de magister, d’être sincère et juste en littérature. Ya Pierre, ainsi l’on te nomme intimement car, en lettres capitales, Pierre MONSARD, ton s’écrit, s’épelle depuis toujours, tout au fond de mon coeur, au plus profond de mon être. Etre-Majuscule, tu l’es; beaucoup te l’ont déjà confessé; très humblement, c’est à mon tour: cette dictée sainte s’arrache de mon coeur, ricoche sur mes lèvres et caresse mes oreilles pour te dire « Diboti ». En pensant à toi, en jalousant par avance tes conversations hilares avec Sony LABOU TANSI et tes commerces savants avec Ahmadou KOUROUMA, je brûle pieusement de l’encens devant ton parcours unique…qu’est-ce que vous devez bien vous marrer Là-Haut!

  8. Lucien dit :

    c’est vraiment un bel hommage.

  9. Oui, l’homme était un homme, celuiq ui conait et reconnait avec quelque vert et humilité son statut d’homme qui ne cesse de tendre vers la perfection

  10. Ya pédro de là où tu es tu nous transmet le rire. Se rire de nos propres misères est un grand remède contre les miasmes de la société. Mais quelle exigence tu avais en ce qui concerne le travail. Merci de nous avoir donné un exemple de savoir-faire.

  11. Thierry MAMBANA dit :

    28 novembre 2005 -28 novembre 2008 il ya 3 ans que ya pierre quittait cette terre ingrate pour rejoindre le temple de immortels.
    ya pedro regret éternel.

  12. LECKYOU dit :

    A jamais Eternel!

  13. Marc KABA dit :

    Un hommage mérité à un homme qui a placé la littérature gabonaise dans le sillage des grandes expressions identitaires en Afrique.

  14. serrurier villeurbanne dit :

    Hello.
    Un ptit passage pour vous dire la bonne et surtout heureuse année 2011 !
    Meilleurs voeux

  15. azokhwaunblogfr.unblog.fr dit :

    De la litterature tout simplement 2.. Corking :)

Laisser un commentaire

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique