La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2007

7 octobre, 2007

Edna Apinda: son point de vue sur la lecture et l’écriture

Classé dans : points de vue de gabonais — azokhwaunblogfr @ 21:10

 Lecture et écriture

Auteur     : Edna (IP: 213.41.28.34 , mail.cd.perenco.com)
E-mail     : merey@caramail.com
URL        :
Commentaire:
je lis beaucoup, un peu trop peut-être.
mais…
auteur, j’espère marquer la litterature de mon empreinte en espérant toujours être heureuse d’écrire et d’être lue dans 20 ans.heureuse de pouvoir, je l’espère, partager cette passion pour la lecture avec d’autres.
en espérant que ce blog permettra un échange d’idées sur l’écrit au Gabon et en Afrique.

Poète, essayiste, romancier, conteur: Eric Joèl Békalé un diplomate hybride.

Classé dans : publications gabonaises,suggestions de lecture — azokhwaunblogfr @ 20:44

bkal4.jpg 

Eric Joèl Békalé

   »Je suis très heureux de découvrir ce blog dédié à la littérature gabonaise. C’est une bonne initiative. Bravo et félicitaions à ceux qui en sont les initiateurs. Je suis écrivain, malheureusement peu connu, comme nombre de mes confrères du Gabon, cet espace nous donnera l’occasion d’échanger et de partager nos sentiments respectifs sur une littérature de qualité qui gagnera à être un peu plus lue. »

« La bouche trop longue » renvoie, en effet, à une personne qui parle trop, un peu trop souvent, de ce qui ne la regarde pas. Mais, c’est aussi, dans le cas de la femme, une personne qui ose parler (au sens de défiance) lorsqu’on voudrait qu’elle se taise.

Voilà ma contribution à ce débat. Maintenant, vous pouvez faire votre « congossa » !

- Le Chant de ma mère, 1993, Paris, La Pensée Universelle, réedition:       Paris,  L’Harmattan, ( 2007). ( Poésie)

-Cris et passions, 1996, Paris, Bajag-Meri. ( poésie)

ericjolbkal2.jpg -Elevations poétiques, 2005, Paris, L’Harmattan. ( poésie)

- Au pays de Mbandong,  ( 2001), Paris, L’Harmattan.( nouvelles)

ericjolbkal1.jpg - Le Mystère de Nguéma, 2005, Paris , L’Harmattan. ( nouvelles)

ericjolbkal4.jpg - Le Voleur de rêves et autres contes du Gabon, Paris, L’Harmattan. (Contes)

untrangeweekendgenve.jpg Un Etrange Week-end à Génève, 2005, Paris, La société des écrivains.( roman)

ericjolbkal3.jpg - Le Cheminement de Ngniamoto, 2006, Paris, L’ Harmattan. (roman)

Grand écart  ( roman) en 2009, aux éditions Ndzé.

 Le cabinet ministériel ( essai), en 2010, aux éditions Alpha à Paris.

“Laissez à la littérature gabonaise le temps de se faire” Pierre MONSARD SIEGU

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 18:35

pierremonsard.jpg 

“Faites de la littérature tout simplement.”

“Pierre Monsard avec mes mots…” 

Ya Pierre, une prière me brûle les lèvres, une dictée obséquieuse me torture, mais je ne puis…ton regard incisif et inquisiteur m’en blâmerait; je ne vais pas me faire engueuler une nouvelle fois, non? Je t’entends d’ici gronder: “ce n’est pas toi!”, “ça ne te ressemble pas, Rodrigue!” me lancerais-tu devant mon visage éhonté. A défaut de savourer une bonne “clope”, tu me communiquerais ta volonté par l’une de ces phrases dont seul toi-même a encore le secret: “tu veux parler de moi? Eh bien fais-le avec tes tripes ou avec ton sang et arrête tes salades!”. Voici pourquoi au lieu d’une prière ou d’un discours pensé, je m’en vais te raconter, conter ce que ton existence a laissé en moi, en chacun d’entre nous.    

 Tout avait commencé par un mot, que dis-je, par un vocable époustouflant de vigueur et de tonicité: “Gaboniaiseries”. Je ne l’avais pas senti comme une vision profonde des “niaiseries” bouffonnes par lesquelles, ici ou là, chez nous au pays, nos vies mornes, chétives et formatées se délitent, s’effilochent au rythme des saisons, au rythme également des contentements alimentaires de toutes sortes. Ivunde, pourtant les acteurs prometteurs de “L’Express” s’en faisaient les hauts-parleurs, ta fameuse “Oraliture” aussi.

“Gaboniaiseries”? Ce fut tout trouvé, bien pensé; j’en entends mieux la vivacité aujourd’hui, plus qu’avant, un peu mieux qu’hier. Yaye, la brèche que tu as laissée ouverte est béante et les héritiers, nombreux maintenant et talentueux, s’en félicitent; des “brigades d’applaudissements” surabondent et l’acclament les paumes en feu; ta création verbale, pour te dire, inspire d’ailleurs quelques beaux textes et ainsi fait proliférer, sous des langues bientôt impertinentes, parfois païennes et souvent langoureuses, des oeuvres poétiques, des monographies érudites, mais surtout des oeuvres narratives que l’on répute “très prometteuses”. “Les Oubliés de la forêt des abeilles”, “Féminin interdit, “Cabri mort n’a pas peur de couteau”, je viens de les ouvrir, quelques “délicieuses insomnies de France” plus tard, c’est encore toi que je vois, le menton et les joues chevelus (l’été uniquement), l’œil en poste de vigie, me commander, comme à ton habitude de magister, d’être sincère et juste en littérature.

Ya Pierre, ainsi l’on te nomme intimement car, en lettres capitales, Pierre MONSARD, ton nom s’écrit, s’épelle depuis toujours, tout au fond de mon cœur, au plus profond de mon être. Etre-Majuscule, tu l’es; beaucoup te l’ont déjà confessé; très humblement, c’est à mon tour: cette dictée sainte s’arrache de mon cœur, ricoche sur mes lèvres et caresse mes oreilles pour te dire “Diboti”. En pensant à toi, en jalousant par avance tes conversations hilares avec Sony LABOU TANSI et tes commerces savants avec Ahmadou KOUROUMA, je brûle pieusement de l’encens devant ton parcours unique…qu’est-ce que vous devez bien vous marrer Là-Haut ! 

  Rodrigue Kaba

1234
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique