La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2008

6 janvier, 2008

Où acheter des livres à Libreville?

Classé dans : information publique,publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 10:22

 Les librairies de Libreville.

 Librairie : Maison de la Presse

C’est la plus grande et la plus complète en ouvrages.
Tous les livres y sont.

- Librairie (?)

En Centre-ville, en face de l’agence de voyage Eurafrique  pas loin de Score. Elle est bien fournie.

- Librairie MAGALI ( Maison Gabonaise du Livre ( éditeur) )

C’est chez Chantal Mbazoo Kassa. Elle est
spécialisée dans la littérature gabonaise. Presque
tous les livres gabonais y sont. Elle se situe sur le
boulevard Triomphal, dans les nouvelles galeries, en
face du Super marché Mbolo .

- Librairie du Savoir

Au rond-point de Nzeng-Ayong, en face du Lycée, tenue par  Mme.  Honorine Ngou ( auteur de Féminin interdit).  Elle est tout aussi spécialisée dans la littérature gabonaise.

- La Fondation Raponda Walker

Elle distribue, les libres édités chez elle. ( Les éditions Raponda Walker)

Située vers  Saint-Joseph, non loin du boulevard du bord de mer.

AUTRES LIEUX

 Mbolo
Ck 2
Hôtel Okoumé Palace
Hôtel Ré-Ndama
Hôtel Atlantique, etc.

P.S. Désolé de ne pas vous fournir des adresses comportant des numéros et des noms de rues , l’orientation est différente chez nous.
   

5 janvier, 2008

Un poète aux dires crus : Makaya Makaya Rodrigue

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:10

makayamakaya.gifsocitetculture.jpg 

Un poète aux dires Crus

Coeur et rancoeur de Makaya Makaya Rodrigue, recueil de poèmes publié aux éditions Amalthée en 2007 et présenté dans le quotidien national par Junior Otembe Nguema.

Thème :

Rodrigue Makaya Makaya est un amoureux de la poésie. Dans ce recueil, il s’affiche en défenseur de la vérité, de l’exactitude dans tous les détails dans la mesure où la beauté cède le pas à la vérité. L’auteur raconte l’Amour comme élément indéniable de la vie ; Amour qu’il partage avec humanité et chaleur dans un monde qui en a besoin, mais en même temps,  il exprime une ferme rancœur qui touche l’univers de la misère des peuples, de leur douleur où l’horreur est si bien faite ; la souffrance si calme et l’agonie faisant si peu de bruit. Cette façon de peindre la société fait de ce texte une poésie engagée.

Après une scolarité primaire et secondaire passée au Gabon, Rodrigue Makaya Makaya intégrera la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université Omar Bongo de Libreville, il y obtiendra une maîtrise en philosophie. Il est ensuite accueilli en troisième cycle du département de philosophie de l’université de Poitiers en France où il y poursuit ses études.

 Article envoyé par Isis Mabiala ( l’Union du vendredi 4 janvier  2007)

 

12
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique