La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

30 mai, 2008

Les conteurs gabonais publiés: Raponda Walker et Eric joèl Békalé

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 10:51

Le mois de juin sera consacré à un genre bien particulier dont le nombre d’écrivains gabonais à avoir réussi à se faire publier  en la matière  moindre. Merci de nous faire parvenir des informations sur d’autres conteurs.

- Les contes Gabonais:

- Le voleur de rêves et autres contes du Gabon.

Ludovic Obiang: Peronelle

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 10:43

peronnellesmall.jpg Voici un auteur passionnant qui met en lumière une certaine descente aux enfers. Plus connu pour sa verve sur un genre  particulier qu’est la nouvelle, Ludovic Obiang,  se donne en plume alerte et précieuse sous les flots d’une envie manifeste du bien dire que tout lecter pourra apprécier.  Pour mieux comprendre cette oeuvre, cliquer ici:

http://lit-afq.refer.ga/spip.php?article59

Cette pièce de théâtre est publié aux éditions ndzé. Et est accessible à tous dans les librairie dans les librairies de Libreville.

vincent de paul Nyonda: Tout n’est que théâtralité

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 10:31

nyonda.jpg

 C’est le dramaturge gabonais le plus publié. Il compte à son actif de nombreux textes .

Vincent de Paul Nyonda (1918-1995) fut un écrivain et un homme politique gabonais.

Plusieurs fois ministre sous la présidence de Léon Mba, Vincent de Paul Nyonda fut emprisonné par Omar Bongo avant d’être exilé en province. C’est durant son exil intérieur qu’il découvrit l’écriture et qu’il se consacra au théâtre. Après avoir assisté à la représentation d’une de ses pièces, Joséphine Bongo convainquit, dit-on, son mari d’autoriser Vincent de Paul Nyonda à revenir à Libreville. Ayant renoncé à toute activité politique, il put y monter un certain nombre de pièces de théâtre qui firent de lui l’auteur gabonais le plus populaire.

Aujourd’hui, un prix littéraire porte son nom.

-La mort de Guykafi

- Les deux lunettes

-Le parricide

-Deux albinos à la Mpassa 

-Le soulard   

-Le combat de Mbombi ( publié à l’imprimerie de Réolel)

 Il est le premier gabonais à faire publier une pièce de théâtre.

Les thèmes abordés par cet homme de culture sont multiples: l’adultère, la colonisation, le combat contre les exactions coloniales, l’alcoolisme, la mort, la concussion et bien d’autres.

 Si le roman est quelque peu avare sur l’histoire du Gabon comme l’a si bien signaler Magloire Ambourouet Bigmann dans le deuxième argumentaire d’une littérature murée sur le silence, il faut dire que Vincent de Paul n a pas eu peur de parler de politique et il fut un homme politique très engagé. l’écho de ses oeuvres théâtrales a retentit du p festivalsdes arts nègres de Dakar en 1966.

Ses écrits sont tout un enseignement et sont encore d’actualité.

Le genre théâtral: trois auteurs Gabonais

Classé dans : publications gabonaises,scène — azokhwaunblogfr @ 8:53

img.jpg Laurent Owondo., on connait plus le romancier avec Au bout du silence.

 Cependant il est aussi un dramaturge de renom:

Boursier du Centre national du Livre – 1989

Né en 1948 à Libreville. En 1969, il entame des études supérieures d’anglais à l’Université d’Aix-en-Provence, études qu’il poursuivra à la Sorbonne où il obtient un Doctorat de 3e cycle en littérature américaine. Assistant à Meseley Art School, Birmingham (Grande Bretagne), puis à Hamilton College, New York (Etats-Unis), il enseigne la littérature américaine à l’Université Nationale Omar Bongo de Libreville depuis 1980.
Il est directeur du Théâtre National de Libreville en avril 1994.

 Ses publications
La muraille, récit, publié dans la revue Itinéraire, 1976.
Au bout du silence, roman, Hatier , 1985, réédition en mars 2003, Prix de la Fondation Léopold Sédar Senghor en 1987.
La Folle du Gouverneur, théâtre, Ed. Lansman, 1990.
La Vitrine au bord de la mer, nouvelle, in Revue Noire n° 5, juin 1992.

Inedits:

Ndjana ( la faim en langue myènè) 2006

Les Impurs, théâtre, 1969.
Misoko, théâtre, 1994.

Comedien

 L’Ombre de Liberty, film de Imunga Ivanga, 2005 , théâtre, 1969.

Mise en scène: -La folle du gouverneur : mise en scène de Robert Angebaud et Dominique Douma, 7ème Festival International des francophonies en Limousin, Limoges en 1990.

Missoko, mise en scène de l’auteur, théâtre de la rencontre, Libreville, 1994.

La folle du gouverneur: présente deux facettes de l’Afrique, deux visages de femmes qui font partie de la même histoire, du râve… ou du même cauchemar. Une oeuvre allegorique mettant en jeu les fondements de la colonisation, les dérapages de la décolonisation et le rôle ambigu des nouveaux pouvoirs locaux.

Le genre théâtral au Gabon: qui écrit et joue?

Classé dans : publications gabonaises,scène — azokhwaunblogfr @ 8:18

 Dans cet article, notre préoccupation est de trouver des internautes capables de nous dire quelles sont les troupes de théâtres connues au Gabon et dans quels types de representations se lancent-elles.

Théâtre de l’utopie: société

Théâtre express: satire, humour

Théâtre de la rencontre:

Théâtre national

Nzimba théâtre.

Théâtre de l’ailleurs ( Icad)

Théâtre du département d’Anglais de l’université Omar Bongo

 Ce que nous recherhons ici c’est de meubler ces énumérations sommaires par des pièces écrites publiées ou non.

Jean Divassa nyama dans la capitale économique gabonaise

Classé dans : Dédicaces — azokhwaunblogfr @ 8:10

Le lundi 16 juin 2008 Jean Divassa Nyyama sera à à l’Alliance Franco-Gabonaise, au bord de mer de Port-gentil pour une rencontre débat-dédicace de 19h à 21h . La présentation de la version en collection poche de Le bruit de l’héritage sera effective 

Tous les amoureux de littérature et de la culture gabonaise sont particulièrement attendus.

27 mai, 2008

L’oncle Mâ: Premier roman de Jean Divassa Nyama

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 11:08

onclem1.jpg

 L ‘Oncle Mâ, voici le premier roman de Jean Divassa Nyama, il conte l’histoire d’un oncle et de neveu face aux tribulations existentielles. Toute une leçon de vie vers un humanisme agréable qui laisse toute la part belle aux grandes valeurs fondatrices et qui soutendent  le respect et la convialité.

 

 onclem.jpg Une reédition de cette oeuvre forte et didactique s’envisage.

Pourquoi ce refus de mettre en lumière la littérature gabonaise: Vaillant s’interroge

Classé dans : La presse en parle — azokhwaunblogfr @ 10:24

vaillant.jpg

 Cet article publié il ya de cela quelques années et stigmatise cette volonté politique de mettre à l’oubli la littérature au bénéfice d’interets égoïstes et ravageurs.

La vocation de Dignité : un plus dans la littérature gabonaise

Classé dans : La presse en parle — azokhwaunblogfr @ 9:45

sortiedelavocationdedignit.jpg 

 

La Vocation de dignité de Jean Divassa nyama est désormais en collection poche et en vente libre dans toutes les librairies de la place. Oeuvre qui met en lumière l’apprentissage et l’entrée dans le monde des adultes et des interêts personnels, ce texte a le mérite de faire une part belle au rapport modernité /tradition sous un fond polémique lié à la carrière des enfants, à leur devoir d’assurer les vieux jours de leurs parents et la survie du groupe auquel ils appartiennent. Très facile à lire, il sortira certainement de la torpeur des âmes bien tristes, sombres, désespérées.

 Merci de doublecliquer sur l’image pour pouvoir lire en format correct  cet article.

Le sacré dansle roman Gabonais: L’Union du vendredi 9 janvier 2004

Classé dans : La presse en parle — azokhwaunblogfr @ 9:26

sacr.jpg

123
 

quelques mots parmi tant d'... |
quelques mots parmi tant d'... |
quelques mots parmi tant d'... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| Mona... lit ça!
| Mona... lit ça!