La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

29 juillet, 2008

La querelle Ngowet-lekyou et Obiang Fortunat: Pour quelle littérature gabonaise.

Classé dans : critique et analyse — azokhwaunblogfr @ 13:40

01ngowet1.jpg   couvmiseres1ss.jpg couvmiseres4.jpg 

L’article ouvert et très acerbe sur la littérature gabonaise en en général au Gabon écrit pas Luc Ngowet en 1999 a mis le feu au poudre. Des universitaires et des hommes de lettres se sont affrontés , chacun faisant entendre ses opinions. Les conclusions parfois contradictoires ont abouti à l’éclosion des lettres gabonaises dont le vivacité se fait de plus en plus sentir actuellement aussi sommes-nous convaincus  que la mise en exergue de ces articles divers qui ont animé le débat. Nous vous proposons d’abord de faire un tour dans l’ouvrage de l’initiateur de cette reflexion sur la qualité et la quantité des productions scientifiques et intellectuelles gabonaises.

5 réponses à “La querelle Ngowet-lekyou et Obiang Fortunat: Pour quelle littérature gabonaise.”

  1. Lucien dit :

    J’ai lu ‘petites misères et grand silence’.
    L’auteur a ose dire certaines vérités, qui dérangent et donnent a réfléchir.
    Cela n’empêche que les choses sont appelées à évoluer.

  2. Leslie dit :

    la place de la litterature gabonaise…
    la qualité de la litterrature gabonaise…
    des sujets qui font couler beaucoup d’encre.

  3. Exactement! il faut un affrontement d’opinions pour qu’emerge les idées nouvelles, des nouveaux codes narratifs et la littérature n’est rien que renouvellement. Tout a été dit. Seule la manière dire change et peut porter l’artisticité

  4. Thierry MAMBANA dit :

    Entre 2001 et 2008 la littérature gabonaise par son contenu et le nombre des publications un grand changement est visible la position de M.NGOWET est révolue c’ est mon avis.

  5. On peut penser qu’avec la promotion de bessora, la littérature gabonaise sort progressivement de l’anonymat sur la scène internationale et des chefs d’oeuvre de la littérature gabonaise du type  » Et si les crocodiles pleuraient pour de vrai  » marque un développement de l’écrit et des thématiques variées. La reflexion sur pourquoi ce monde ? Pourquoi l’homme tel qu’il est ? Traverse les textes et donne tant une vision du monde qu’une forme d’objectivité à vivre dans le présent tout en gardant un oeil sur le passé, pour une meilleure appréhension de l’avenir.

    Aussi le texte de Luc Ngowet en ce qu’il est appel à un reveil , à une prise de conscience participe à l’édification de l’Institution Littéraire au Gabon. Il fallait une audace, un courage pour lancer le débat et en cela il est et sera toujours en droit d’être  »reférencé » dans cette quête de la littérature gabonaise vers le succès

Laisser un commentaire

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique