La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

29 octobre, 2008

Eric Joèl BEKALE SUR Africa N° 1

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 16:44

Bonjour à tous,

Je vous invite à écouter Africa n°1 Jeudi de 10 h à 12 h. Eric Joèl Békalé sera l’invité d’Eugénie. L’échange portera sur le thème :Les étudiants dans Grand- écart ( dernier livre de cet écrivain publié en 2008 aux éditions Ndzé). Merci pour vos interventions en direct.

22 octobre, 2008

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:31

Daniel Mengara est né à Minvoul, petite ville du nord du Gabon. Ayant fait ses études au Gabon, en France et aux Etats-Unis, il est actuellement professeur à Montclair State University (Etats-Unis) où il enseigne les littératures africaines et antillaises de langue française. Directeur de la Society of Research on African Studies (SORAC), Daniel Mengara est aussi le leader du BDP-Gabon Nouveau, mouvement politique activiste d’opposition qui travaille à la démocratisation du Gabon. Daniel Mengara est l’auteur de La représentation des groupes sociaux chez les romanciers noirs sud-africains (L’Harmattan) Images of Africa : Stereotypes and Realities (Africa World Press, 2001) et Mema (Roman en anglais, Heinemann/African Writers Series, 2003). Le chant des chimpanzés est son premier roman de langue française.

Le Chant des chimpanzés: Daniel Mengara

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:18

9782296035249r.jpg voici un nouveau roman qui offre un regard sur cette Afrique où violence, misère, faim, frappe. Se pose alors un questionnement qui se veut personnel au sortir de cette lecture pleine en émotions. Qui a faim?  Et de quoi?

 Le Chant des chimpanzés, Paris, L’Harmattan, 2008, ISBN 978 2-296 03524 9.

Pr. KWENZI MIKALA JEROME TANGA: RegardS

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:07

Des travaux de  cet auteur les ethnolinguistes et d’autres chercheurs peuvent y trouver des perles:

«   La gestualité et interactions dans la narration d’une épopée l’exemple de Mumbwanga » article à acheter sur internet site du CNRS.

Kwenzi Mikala, sd. Contes du Gabon, Paris, ACCT. 80p.

1997- Mubwanga, récit épique, Libreville, Les éditions Raponda -Walker, 24 p.

Kwenzi Mikala, sd. Paremies d’Afrique centrale, Libreville, 62 p.

Kwenzi Mikala, 2008, Les noms de personnes chez les Bantu du Gabon, , ( 15 groupes ethniques)Paris, L’Harmatan.

-Kwenzi -Mikala, « L’anthroponymie chez les Bapunu du sud -Gabon »

-Kwenzi -Mikala, « L’anthroponymie chez les Ntumu d’Oyem »

-Kwenzi -Mikala,  » Les noms personnels chez les Bekwil »

Merci de nous donner d’autres informations sur ces publications.

 

14 octobre, 2008

Et orphée fut consolé: Par Bernard Makosso.

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 16:37

Heureux le mortel qui n’as jamais connue ta tyrannie!

Mais peut-on se prévaloir d’avoir vécu sans pour autant connaître ton emprise? Agapé ou Eros, qu’importe! Maître impitoyoable, chacun, Les mains pleines d’offrances, le coeur en prière a plié le genou au seuil de ton autel.

Quelles tragédies n’as-tu jamais suscitées?Mais quels miracles, quelles extases n’as-tu jamais engendrés? Ton règne habite le coeur du vivant

Que des hauteurs; Que d’abîmes n’a t-on jamais exploré sous ta servitude,

Divinité cruelle et tant adorée.Ton despotisme transcende l’humanité et s’incustre dans l’éternité. Tu sièges à l’aurore de tant d’agir humain

Sois bénis, sois loué. Pour ces tourterelles que tu rassembles! Qu’elles roucoulent et s’ennivrent du vertige. Du néant que tu créeas, il y a deux saisons sèches.

Salut toi, grand calao du nord à casque blanc. Inconsolé.Mais jamais solitaire.Tes sens trop longtemps s’étaient exilés pour se confondre au ressac endeuillé de l’estuaire de la Gironde.

Même les mouettes ne la voyait plus. Pourtant inlassablement, Tu déposais ton éternelle offrande aux pieds de l’Aquitaine. Un jour pourtant

 Mea culpa, mea culpa, mea culpa, pour cette abomination soupçonnée, ö toi,, la grande, la magestueuse, toi dont le Komo nous renvoie nerveusement encore le parfum et la grandeur, tu adviens au crépuscule. Des empires, noblesse désormais sans tronc, mais le meilleur des trones n’est-ce pas le royaume de ton coeur où la grandeur s’épanouit? Es-ce pour hanter mon frère? Est-ce pour à jamais l’abreuver? non, non, non!

Ne sois pas pour lui un abreuvoir. Ne sois pas pour lui un abîme. A  ce coeur disposé à ton autel. Sois la somme vivifiante et rassurante de cet océan qui nous baise les pieds. Même l’Rika colora la grande écume de ton deuil,  O meurtrier, Pourquoi est-ce quand tu téloignes que l’on reconnaît ta force, tyran?

N’as -tu jamais senti tel un cataclysme l’amour s’effondrer sous ton soeur?

Maintenant regarde, Nous la croyons à jamais disciple de Bacchus et que dans son ivresse du pays aux mille vignes, elle aurait lavé votre disuqe dur. Sois sa force, Sois son espérance. Que de tragédie nées de quiproquos.

Alors, que votre oui soit oui et votre non soit non.

A lui était facile d’avoir une femme pour ses nuit blanche, mais il a dit non. . Il aurait dit oui à une seule pour la vie.

Mea culpa, Mea culpa, Mea culpa

Tel Ogun dans l’abîme j’erre sur les chemins de mon esprit. Mon silence n’est pas oubli des meilleurs amis. Mea culpa. Mes silences vous portent. Et j’ose le blasphème de vous bénir. Mais les poètes ne sont-ils pas des divinités verbales?

Alors n’oserai-je pas?

Soyez bénis dans l’abondance et la fertilité de votre Agapé-Eros.

Moi l’incomblé, je poursuis mon sacerdoce, pélérin de lm’humanité blessé, votre joie sera mienne et votre bonheur mien.

Mon coeur se rassaisie de toute beauté.

Vous êtes une beauté. Et partant gardez ceci  » le bonheur n’est pas un gros diamant mais une mosaïque de couleurs sombres et vives qui doivent s’harmoniser.

The lovely poet.

10 octobre, 2008

Mboumba Gervais: La fille du président

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 17:13

laclochedestin.jpgpublivre.jpg

Résumé.  

Après des brillantes études bien terminées à l’université de Sherbrooke au Québec, au Canada, décrochant deux doctorats en environnement et en gestion avec mention bien, sans oublier un Master en communication et en anglais. Sylvie rentre dans son pays, la république de Soukamboula où son père le général Massassi Kalkilé arrive au pouvoir par coup d’État et la nomme conseillère en communication. C’est en scrutant l’état de déliquescence du pays qu’elle prit la décision de critiquer et de combattre les méthodes de gestion du pouvoir tintées d’ostracisme dont font montre son père et ses généraux. Ensuite, elle s’amourache d’un jeune étudiant au nom de Dékombel qui l’enceinte. Leur amour tourne au drame quand son père décide de lui loger des somnifères dans un verre de vin pour l’endormir dans le but de lui extirper la grossesse, puis décide de lui proposer un homme riche, un chef d’État d’un pays voisin. Mais ce dernier trouve la mort dans un accident d’avion… Une histoire pathétique et très émouvante !  

jpggmgervaismboumba.jpg
Biographie. Gervais Mboumba est citoyen canadien. Né le 20 juin 1957 au Congo Brazzaville. Écrivain, ancien enseignant, ancien animateur radio, ancien promoteur des produits laitiers. Il est chercheur en spiritualisme, membre du (MEF), membre de l’association des auteures et auteurs des cantons de l’Est(AAACE). Guitariste chanteur.

Avant de s’installer au Canada, cet écrivain a vécu au Gabon et se donne à lire comme un gabonais d’adoption tant sa connaissance sociologique de ce pays est d’une grande  précision.

Contactez l’auteur pour toute information supplémantaires: gervais_mboumba@yahoo.fr

Notons que les deux premiers livres de l’auteur sont vendus à 20 dollars et le dernier c’est-à-dire la fille du président est à 25 dollars.

2 octobre, 2008

Auguy Mackey dans au delà des mots: présentation de « Sur les pas d’Emmanuel »

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 21:47

auguymakey.jpg

 

 Nous ne pouvons pour l’instant vous donner le résumé de cette oeuvre de Auguy Mackey, Merci de nous en dire plus , si vous avez suivi cette émission mardi à la RTG chaine 1.

1 octobre, 2008

J’ai résolu de… à Libreville

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 5:33

Merci à tous ceux qui ont déjà lu Nadia Origo et à ceux qui veulent la découvrir. Le dernier roman j’ai résolu de… sera disponible à Libreville Dès le jeudi 02 octobre 2008 à la Librairie du savoir(Nzeng Ayong) ou auprès du diffuseur sur place Marlène Fontarnou (+241) 07 53 52 92 et en France vous pouvez le trouver à la Fnac, aux éditions Acoria, à l’harmattan ou en voyant un mail à origraphcom@free.fr. Bien des choses à tous.

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique