La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

28 mai, 2010

UN NOUVEAU DRAMATURGE ET POETE GABONAIS: JANNYS KOMBILA

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 7:06

kombila.jpgAvec Encre noire et plume blanche , publié en 2010 chez édilivre ( ISBN 978 281 21 354 77, 106 pages) cet auteur vient de poser une pierre de plus dans la construction de l’édifice de la littérature gabonaise.

  kombila2.jpg

  Pour ce spécialiste de la scène, de la representation, le théâtre est un genre qui lui permet de s’interroger sur les valeurs de l’homme, celles qui font de lui un humain , celles qui le caractérise comme capable de Raison. Mais hélàs! la tentation est grande, le vice présent et les moeurs en déperdition au point de donner au lecteur à lire, la trivialité, l’acculturation et le conflit de génération qui se déroulent sous La grande palabre. Au coeur de la plaie se cache l’impérieuse envie de compter parmi ceux qui sont  »cités »

Qui est cet écrivain: Jannys Kombila (MISODI MI KOMBILA N’.) est un jeune auteur Gabonais, né à Port- Gentil, le 16 avril 1976. Il est acteur, comédien, humoriste, poète, dramaturge mais aussi peintre. Il est diplômé de l’École Nationale d’Art et Manufacture (ENAM) de Libreville en 2003, puis de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de Libreville en 2008. Professeur de Théâtre, il poursuit ses études de 3ème cycle à l’Université de Paris X-Nanterre en Philosophie puis au Conservatoire à Rayonnement Régional de Poitiers.

Il donne ici, les éléments clés susceptibles de justifier la palabre

La Grande Palabre est une œuvre dramaturgique qui relate le récit fictif de Missossi, jeune homme parti de son village pour aller chercher fortune à la grande ville, Pungu, où la politique est un soleil d’ouverture sociale. Laissant parents vieillis, délaissant sa promise, oubliant les valeurs et les principes moraux du village, violant les règles sacrées des us et coutumes et condamnant ainsi par cupidité et orgueil ses parents. Ces derniers seront obligés de payer la lourde charge de l’affront causé par leur fils aux défenseurs des normes traditionnelles sociales…Malédiction austère ou jeunesse insensée : Rideaux !

 Qu’en pensez-vous?

 

26 mai, 2010

L’ogooué au fil du temps: un article du quotidien national l’union sur ce recueil de poèmes

Classé dans : La presse en parle — azokhwaunblogfr @ 11:35

logoou20comme20muse1.jpg

Bonne lecture et merci de laisser vos commentaires après la lecture de cette oeuvre.

Merci Edna pour cet envoi.

La litterature est une exigence.

Classé dans : critique et analyse — azokhwaunblogfr @ 8:38

 Il est toujours agréable de lire un ouvrage qui brille par sa qualité linguistique. Nous le savons, tout a été dit. Ce qui compte c’est la manière de  bien dire. Et c’est dans cela qu’il faut chercher le beau. On est parfois surpris de constater que les relectures de textes avant  publication n’ont pas été faites. Ce n’est pas à l’éditeur de faire le gendarme de ce point de vue là, il convient à l’écrivain de se donner cette exigence d’offrir à lire un texte correct ( syntaxe, grammaire, vocabulaire, etc). Il est vrai, l’écriture est un acte douleureux tant il faut revenir plusieurs fois sur une phrase. Mais il est convenable de se donner cette peine  comme le signalait fortement  Gustave Flaubert. Alain Ferry ajoute:

« Insupportable sensation à la vérité que cette mésalliance du sens et du son à la place de ce qui était leur accord. Et que dire de ces constructions hésitantes ou tronquées, de ces lignes de force rompues, de ces beautés avortées, de ces incohérences discursives ou mélodiques faisant irruption dans la mémoire du chant intelligible ! »

 Pour que la littérature gabonaise s’améliore, chaque écrivain doit dépasser ses difficultés, ses souffrances, ses douleurs. Il est impératif de prendre la peine de construire, de détruire, de reconstruire pour arriver à une forme d’aboutissement que l’on pourrait qualifier d’acceptable.

 Nous  regrettons cependant le traitement diffamatoire à l’égard des éditeurs qui  refusent de publier des oeuvres qui mériteraient encore quelques lectures. La vitalité de la littérature gabonaise est au prix de ces sacrifices surmontables. 

Annie Charnet Mpenga

23 mai, 2010

Alfred Sambo Da Silva: un nouveau poète gabonais

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:43

alfredsambodasilva.gifL’Ogooué au fil du temps  est la première publication de cet écrivain. Elle mérite que l’on s’y attarde car elle  promène le lecteur, non seulement au fil de l’eau, mais aussi des mots. Ici se lit des paroles qui se cristallisent et se refondent . Elles livrent des   fils conducteurs capables de mener le sujet à des introspections,  à des incantations, à des supplications, à des objections,  à des coordinations,  à des  interrogations… 

Alfred Sambo Da Silva publie cette oeuvre aux éditions Benevent. 

ISBN : 9782756312996
Nbre de pages : 50
prix en librairie : 9 €
genre : Poésie
parution : 9/2009

20 mai, 2010

Les nouvelles publications des éditions Odette Maganga et Abdon Macaya à Libreville par Edna Apinda.

Classé dans : information publique — azokhwaunblogfr @ 8:48

Une maison d’édition née  au Gabon en mars 2010. Il s’agit des éditions Odette MAGANGA dont nous présentons ci-dessous l’adresse et les coordonnées téléphoniques:
-BP 14161 LIBREVILLE ( contact courrier)
 -00 241 06 21 91 30 ( contact téléphonique)
editionodettemaganga.fr ( adresse éléctronique)
 
 Cette maison d’édition a publié La coupe est vide de Billy MONGUY( auteur) pièce de théatre. ISBN 9782953443516.
L’auteur est enseignant de litterature française à l’Université Omar Bongo de Libreville. Cette pièce jouée au Festival de théatre étudiant à Rouen ( en France) le 11 avril 2003.
 
  Une autre maison d’édition, a fait publié- Les roses du silence (Patrick ALEPH: auteur) 
Très beau recueil de poèmes édité par Les Editions Abdon Macaya . BP 2078 LIBREVILLE edabdonmacaya@yahoo.fr
pas de numéro ISBN. dommage.
l’auteur anime, à la sortie du recueil, une rubrique consacrée à la poésie dans l’émission de la Radio Télévision Gabonaise, chaine 1,   »Espaces Jeunes ».

 Si vous avez lu ces livres, merci de nous faire parvenir vos  commentaires, impressions, etc. 

Les dernières publications des éditions Ntsame par Edna Apinda

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 8:37

le20soir20autour20du20feu1.jpg voici, ce que l’on peut considérer comme le premier ouvrage de littérature pour enfants de Sylvie Ntsame. Cette dernière éditrice, vient de faire publier les ouvrages suivants dont les noms entre parenthèses, représentent celui des auteurs.

  -Le soir autour du feu (Syvie NTSAME) ISBN 9782917414149 (45 pages) , recueil de 8 contes.
- Les temps déchirés (Hallnaut ENGOUANG) ISBN 9782917414217 (52 pages),  poésie.
- Croissant de lune (Pulchérie ABEME NKOGHE) ISBN 9782917414200 (60 pages),  poésie.
- Le rêve de Nyenzi (OKOUMBA NKOGHE), ISBN 9782917414194 (181 pages),  roman.
- Dis, quand me suis-je inhumé? (Hallnaut ENGOUANG), ISBN 9782917414170 (192 pages),  recueil de 6 nouvelles.
- Femme libérée battue (Sylvie NTSAME), ISBN 9782917414187 (121 pages), roman.
 
- Au-delà des frontières (MUNKONDA MBULUKU MIKIELE) ISBN 9782917414163, roman —— auteur (novelliste, dramaturge, poète) originaire de RDC, enseignant au Gabon.

La malédiction, Les larmes de Tsiana, Mon amante, la femme de mon père, Cabri mort n’a pas peur du couteau ( ont été reédité aux éditions ntsame)

15 mai, 2010

ONZIEME PUBLICATION DES EDITIONS NTSAME A LIBREVILLE

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 12:20

Femme liberée, battue,

Le soir autour du feu,

Croissant de soleil,

 

 Si vous connaissez les autres titres, merci de nous les faire partager.

6 mai, 2010

L’instit: le nouveau receuil de nouvelles de Charles Edgar Mombo

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 18:38

edgarmombo.jpgDevant un continent où les valeurs essentielles ne sont plus que chimères, ces  »histoires » viennent s’abattre aux yeux des peuples comme une fatalité de vie, excédés par les soi-disant riches et patrons. Le monde est à genoux. La moralité aussi: le pouvoir sexuel et argentier s’installe sur un fauteuil à deux sous au point d’en perdre la vie, la vraie. C’est terriblement la vie de l’Instit. Ce premier ouvrage présente les travers de la société « moderne » africaine.

 A lire sans modération.

Premier recueil de nouvelles, l’auteur est actuellement enseignant au département de Littératures Africaines à l’Université Omar Bongo de Libreville.

Mombo (C. E.), L’Instit, Paris, Edilivre, 2009, 46 p. ISBN : 9782812108372, 9.5 €

5 mai, 2010

ENGOUANG Hallnaut Mathieu recidive avec Les temps déchirés et Dis, quand me suis-je inhumé?

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 21:22

 Voici des nouvelles publications parues  en 2010 à Libreville aux éditions Ntsame situés au quartier Nzeng-Ayong dans la capitale gabonaise. Il s’agit d’un recueil de poèmes, Les temps déchirés de 52 pages, ISBN 978-2-917414-21-7 .

 Et  d’un recueil de nouvelles, Dis, quand me suis-je inhumé?, de 192 pages,

ISBN 978-2-917414-17-0.

 Ces discours littéraires sont de  Hallnaut Mathieu ENGOUANG, alias Hallnaut ENGOUANG.  Enseignant, Professeur Certifié de Lettres  qui exerce dans un  établissement  prestigieux d’obédience catholique nommé Institution Immaculée Conception.

D’autre part,  il préside à une association: l’Union Gabonaise des Enseignants pour la Culture Francophone (UGECF).  Cette  association vient de mettre sur le marché gabonais, une étude critique, Regards sur les grands thèmes de la littérature gabonaise (tome 1), publiée  aux Editions la Doxa, à Paris et comprenant  172 pages.

ISBN 978-2-917576-07-6.

2 mai, 2010

Jean René Ovono Mendame s’invite à la table des dramaturges gabonais avec: Ton histoire n’est pas la mienne

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 19:37
 Jean René Ovono Mendame s'invite à la table des dramaturges gabonais avec: Ton histoire n'est pas la mienne  9782296115620m
rectoverso
vspace
vspace

TON HISTOIRE N’EST PAS LA MIENNE
Jean rené Ovono Mendame
Préface de Bonaventure Mvé Ondo
LITTÉRATURE THÉÂTRE

 Ce critique littéraire dont les pistes de la reflexion épistémologiques cadrient plusieurs grilles et modes discursifs s’invite dans le milieu de la scène et nous pousse non seulement à une reconnaissance de  » l’inavoué » mais aussi à la vérité par laquelle l’homme insatiable se renie en  permanence et cherche à dépasser  le présent.  Que de mots pour dire des maux dans cet ouvrage qui vient étoffer le monde de l’écriture  dramatique au Gabon et dans le monde.
 

La polygamie est comme une encre indélébile ; la personne qui y renonce après l’avoir pratiquée reste marquée à vie.
Perçue comme une pratique des sociétés en voie de développement, la polygamie, en Afrique, résiste à la loi et épouse aujourd’hui des formes nouvelles inspirées de la modernité. Même dans les sociétés occidentales, où elle est proscrite, la polygamie de fait se trouve dissimulée dans des liens secrets qui révèlent l’insatisfaction naturelle de l’homme. Alors quelles alternatives ?
Avec le secours du théâtre, l’auteur nous invite à vivre autrement les travers de la polygamie.

ISBN : 978-2-296-11562-0 • avril 2010 • 146 pages

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique