La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

  • Accueil
  • > Archives pour février 2013

13 février, 2013

Nodon Arnaud: colère noire, une poésie lugubre qui dit les cris

Classé dans : Non classé — azokhwaunblogfr @ 16:18

NODON Arnaud
signe ici son prémier receuil de poèmes. Dans ce texte l’auteur traduit le fiel des désabusés de ceux qui ont faim et rêve d’un mode meilleur où manger , boire, pouvoir se loger , s’éduquer et se soigner ne seraient plus des chimères. L’amertume et un sentiment d’abandon parsème ces lignes dotés d’un profond lyrisme.

Indications bibliographiques:

Colère Noire (poésie), Editions Fierté Robuste, Libreville, 2013, ISBN 978-2-9543528-0-0, 56 pages

Entre illusions, désillusions et prise de décisions: le rêve interminable par Berre

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 15:41
Entre illusions, désillusions et prise de décisions: le rêve interminable par Berre berrelivre

immigration, illusions

berre-283x300

reve, illusion, décision

Rien qu’en lisant le titre de ce roman, je me suis dit:

Oui, nous voulons évoluer, nous voulons exister, comment oublier de se mettre d’abord un pied à terre chez soit car on ne sait jamais,  »immigré, c’est immigré », que tirer de l’immigration? quels sont les raisons profondes qui justifient le fait de rester à tout prix et à tous les prix en Europe?. Pourquoi l’immigré ( gabonais ou autre), ne considère t-il pas l’immigration comme un tremplin et non comme une fin, chers littérateurs et hommes de lettres. Est-ce la difficulté de se loger, de se nourrir, de s’éduquer ou de se soigner qui conduit certains à refuser  » de rentrer ne serait-ce que pour s’arranger  » une place où vivre »?

Bien plus, je me suis souvent demandé pourquoi les ressortissants d’Afrique de l’ouest immigrés en Europe, en Amérique, ou ailleurs arrivent à mieux s’en sortir au final que ceux originaires d’Afrique centrale?

Résumé:Arrivée en 1999, sans trop comprendre que son voeu venait de se réaliser, Yullens a cherché à obtenir, entre 2001 et 2003, un BTS assistant de direction mais en vain. Elle s est décidée à faire face au monde du travail avec une attestation de niveau d’études mais là encore une grande souffrance s’est présentée, les portes se refermaient les unes derrière les autres. En effet, son titre de séjour portait la marque du refus. « Il ne permet pas à son titulaire de travailler » mais permet de circuler, de louer, d acheter ses vêtements… Comment y parvenir sans travail ? De 2003 à 2005, Yullens a fait tous les petits boulots pour survivre. En 2008, la préfecture exigeait d’elle qu’elle atteste d’un succès d’études ou d’un contrat. Comment faire pour cette demoiselle qui avait appris à vivre dans une bulle, celle de la misère et des pleurs. La voilà trahie par la réalité et désabusée par le système et surtout par son avocat, qui n’a su ni valoriser ni défendre sa cliente tout en encaissant les honoraires. Portant malgré tout son rêve de vivre en France comme un trésor dont on ne peut se débarrasser, au risque de se détacher d’une partie de son être, elle préférait étouffer sa douleur physique. Locataire d’un appartement dans un quartier à risque, c’est dans cet univers macabre, où les gens sont des zombies, que le désir de crier son désarroi lui est apparu. Il fallait qu’elle dise aux générations futures les dangers de vivre sur une terre qui n’est qu’une façade. En effet, en Afrique, on sait que rien n’est acquis mais à force de lutter on y parvient. Mais ici, tout est plus difficile…

indications bibliographiques:
Broché: 156 pages
Editeur : Editions Bénévent (4 septembre 2012)
Langue : Français
ISBN-10: 2756322954
ISBN-13: 978-2756322957
Dimensions du produit: 20,8 x 15 x 1,8 cm

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique