La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

22 mai, 2013

La prefecture: une nouvelle de Penelople Zang Mba

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:20

La prefecture: une nouvelle de Penelople Zang Mba a-la-prefecture-197x300

administration, titre de séjour

A la lecture du texte de Pénélope Zang Mba, intitulé La préfecture, j’étais propulsé dans un univers, rude ou la saleté mêlée au stress s’imbriquent mal dans l’atmosphère. A croire qu’une catégorie des usagers de ce lieu administratif, attendent une sentence lourde. L’anxiété se lit sur leurs visages et accentue naturellement leurs troubles physiques ou /et physiologiques. A quoi bon prendre une douche ? Pourquoi venir dans un état serein à cet endroit où le sort de certains est scellé sans la moindre attention. De toutes façons, c’est à la tête du client que l’on est traité ici. La Chance ? Elle n’était pas souvent au rendez-vous.
Dépourvu de toute humanité, dépouillé de bonnes bribes de politesse, nul ne s’intéresse aux usagers. Il faut faire tourner la ‘’machine’’ celle de l’administration qui au passage se remplit les caisses au nom d’une humanité résolument ignorée. Ceux qui y détiennent une parcelle de pouvoir essaient de se conformer à faire leur tâche, oubliant qu’ils ont affaire à des êtres humains, parfois intelligents, en proie au stress, fragiles, frêles, anxieux, malades et peut-être même pitoyables, tant leurs conditions de vies sont difficiles et précaires.
L’accueil est laconique et les usagers se sentent ‘’comme ‘’obligés de se retrouver dans un cimetière où une possible fosse les attend. Nombre d’entre eux n’ont pas le choix, ils ne peuvent se passer de la nécessité de se retrouver dans ces murs où le pot de fer est prêt à briser le pot de terre. Les portes s’ouvrent machinalement, comme dans une usine et les cas ‘’humanitaires’’ sont traités à la chaine.
Nul doute qu’il serait intéressant de savoir si notre héroïne malmenée par une sévère anémie accrue par une pénible période de règles douloureuses, obtiendra le sésame en papier, en carton ou en plastique qui lui donnera le droit de respirer les odeurs des fleurs, de marcher sur les pavés encombrés de crottes de chiens, de se pavaner sur les longs boulevards truffés de noms de grandes gens qui ont fait la fierté de l’Hexagone, de cueillir et de ramasser les châtaignes douces et sucrées dispersées sur les sentiers des campagnes françaises où il n’est pas rare de trouver des cadavres ensevelis par la violence, la honte, la jalousie et l’égoïsme .

Annie Charnet Mpenga
Dr. Linguistique, Phoné.

Laisser un commentaire

 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique