La plume et les mots du Gabon

sociolinguistique, discours, littérature, arts

18 octobre, 2007

Sally de mes rêves

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 15:48

 

 A propos de Sally de mes rêves

 

Auteur    : Isis (IP: 217.77.73.47 , 217.77.73.47)
E-mail    : isismabiala@yahoo.fr
URL        :
Commentaire:
juste quelques mots pour dire combien ce roman est captivant.
c’est un souvenir de collège.
nous nous le sommes prêté mes amies et moi.
et de retour au Gabon après un long exil, je l’ai retrouvé dans ce que l’on appelle au Gabon, les « librairie par terre ». et je l’aurais acheté à prix d’or, tant il a indéniablement une place de choix dans la litterature gabonaise.

Ecrivez, les filles!

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 15:42

E-mail    : isismabiala@yahoo.fr
URL        :
Commentaire:
je découvre un auteur dont j’aimerais lire l’oeuvre.
côté distribution, la situation est plutôt compliquée.
se faire envoyer des livres de l’étranger ou les commander sur le Net.
dans le meilleur des mondes, on pourrait en étant à Libreville lire dès leur sortie toutes ces oeuvres.
mais bon…
Ecrivez les filles…
- L’Autre, Quebec, Ed. Fondation littéraire Fleur de lys, par Ngoma Synthia

Les auteurs gabonais doivent se lire entre eux.

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 15:36

Auteur    : Isis (IP: 217.77.73.47 , 217.77.73.47)
E-mail    : isismabiala@yahoo.fr

 
Les autres diront que Rome ne s’est pas faite en un jour.
C’est vrai, laissons le temps à la litterature Gabonaise de se construire.
il est heureux de voir que depuis quelque temps, il y a de plus en plus d’oeuvres qui paraissent.
lisons-les car c’est de la lecture que l’écriture abondera.

Conseils aux auteurs:

- se lire entre confrères (politesse bien ordonnée…
- échanger, se rencontrer (trop souvent, les auteurs nationaux restent dans leur coin… l’habitude du pour vivre heureux vivons caché, ou simplement la peur du mauvais oeil!!!
- Ne pas se sous-estimer… (en forgeant, on devient…) il faut se dire écrivain et ne pas avoir honte de le dire. parler de soi, de son oeuvre, ne peut qu’enrichir une litterature qui a de beaux jours devant elle.
……..

Maurice Okoumba-Nkoghé

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 9:54

 

 L’ écrivain et la plume: une organisation rigoureuse

 Il n’est pas aisé de poursuivre l’art d’écrire en associant vie professionnelle et familiale sous les tropiques, tant les sollicitations sont diverses et le temps consacré à la passion infime. Nombreux sont ces artistes qui ont du mal à se trouver un temps pour mettre en mots et en  lignes  ce qu’ils ont envie de dire. Pour venir à bout de  dispersantes  et divertissantes activités familiales et sociales  certains ont fait le pari de poursuivre leur hobbie.  D’où la nécessité d’avoir une organisation draconniène, contraignante .  Le résultat est semble t-il des plus agréables.

Depuis le début des années 1980,  Maurice Okoumba -Nkoghé  se plait à écrire et offre aux lecteurs du champ littéraire gabonais des vers, de la prose .

   Oeuvres poétiques:

(1980), Le Soleil élargit la misère , Paris, Edition Arcam. 

(1980), Paroles vives écorchées , Paris, Edition Arcam. 

(1980), Rhone-ogooué , Paris, Editions Arcam.   

  Le romancier.    

(1982), Siana , Paris, Editions Arcam. Réedition Silex. 

 (1984), La Mouche et la glu, Paris, Présence Africaine.

 (1985), Adia , Lomé, Akpagnon. 

 (1990), Olende (épopée), Paris, L’Harmattan.

 (1993), La Courbe du soleil , Libreville, Editions   udegiennes             

 (1998), Le Chemin de la mémoire, Paris, L’Harmattan.      

( 2007), Le Signe de la source, Yaoundé, Clé.

(2008), Elo, la fille du soleil, paris, l’Harmattan.

Les Gabonais écrivent.

Classé dans : critique et analyse — azokhwaunblogfr @ 9:08

 

 Ils écrivent

L’existence de la littérature gabonaise n’est plus à prouver. Elle se donne à voir au travers d’un panel de textes qui s’épaissit au fil des publications locales ou non. 

Il ne s’agit plus de s’interroger sur le comment dire? Mais de se pencher sur ce qui est dit et la capacité de ceci à se cristalliser dans l’imaginaire, à favoriser la réflexion, à dépasser le présent. 

Des textes comme Histoire d’Awu ( Justine Mintsa), Fam ( Chantal Magalie Mbaz’oo Kassa, Interdit au féminin ( Honorine Ngou), Cueillez-moi jolis monsieurs ( Sandrine Bessora), L’Enfant des masques, Et si les crocodiles pleuraient pour de vrai ( Ludovic Obiang), Au bout du silence de Laurent Owondo, Le bruit de l’héritage,  La vocation de Dignité, L’Oncle Mâ de Jean Divassa Nyama, Histoire d’un enfant trouvé de Robert Zotoumbat, , Le Cheminement de Ngniamoto, Au pays de Mbandong, Le voleur de rêve et autres contes du Gabon, Elévations poétiques, Le Chant de ma mère,  Un étrange week-end à Genève,  ( Eric Joèl Békalé), La malédiction,  La fille du Komo, Mon amante, la femme de mon père ( Sylvie Ntsame),  Le voyage d’Aurore ,  La Courbe du soleil, Le Chemin de la mémoire, La Mouche et la glu, Adia ou la honte progressive, Siana, etc…sont autant de discours qui ne demandent qu’à être lus au même titre que des oeuvres écrites par des auteurs primés sur la scène international et dont le talent n’est pas unanimement reconnu par tous les lecteurs du monde. 

Chacun doit lire et se faire sa propre opinion, qu’il sera capable de défendre muni d’un argumentaire performatif 

Il va sans dire que la modernité avec son cortège de mots tels que la déconstruction, le deuil du personnage, la quête effrénée du néant …montre aujourd’hui quelques limites, dans la mesure où les lecteurs épient, quêtent davantage un message, une information susceptible d’étonner, de surprendre, d’instruire, etc. Le retour vers un texte qui dit quelque chose est plus qu’un truisme aujourd’hui. 

 Laissons à la littérature gabonaise la capacité de suivre son cours…
Et lisons la… 

17 octobre, 2007

Nadia Origo vu par elle-même.

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 17:32

 J’ai résolu de…, Le royaume de longo, Petites histoires des personnages de la Biblecouvlivrenorigo.gifcouvlivre3norigo.gif

   Le  Voyage  d’Aurore                             

 nadia.jpg

Biographie

Née dans le sud du Gabon dans la province de la Ngounié à Mouila

Je poursuis mes études primaires et une partie du secondaire (collège) dans le sud du Gabon dans la province de la Nyanga à Tchibanga. Puis le lycée dans laprovince de l’Estuaire à Libreville au collège Bessieux où j’obtiens un Baccalauréat Série B.

Je suis alors inscrite à l’Université de Libreville (UOB) à la Faculté des
Lettres et des Sciences Humaines au département de Géographie. J’y obtiens un DEUG, une licence, puis une Maîtrise de Géographie Physique.

Je pars ensuite pour la France où je suis inscrite à l’Université Paul Valéry de Montpellier où j’obtiens un DEA en Géographie de la Santé, avant de m’inscrire à l’université Paris IV – Sorbonne où j’obtiens un DEA (Hêtre : Hommes, Espace,Temps et Environnement).

Actuellement, je termine une thèse de doctorat à l’Université  Paris IV– Sorbonne sur les problématiques d’environnement etdéveloppement durable en milieu industriel et je travaille en parallèle comme gestionnaire de données.

L’amour de la lecture et de l’écriture 

  Mon profil (études), n’a rien d’un profil littéraire, mais j’aime la lecture
surtout tout ce qui porte sur l’aventure, les énigmes (les grands détectives).
J’ai entre autre lu et en collection les aventures de Sherlock Holmes de Conan Doyle et ceux écrit par Alexander McCall Smith dans la collection Grands détectives aux Editions 10/18. Je m’intéresse aussi à tout ce qui porte sur l’actualité et la religion chrétienne. J’ai toujours écrit des bouts de textes, des pensées et des chansons, jusqu’à la première grande aventure du Voyage d’Aurore.

LE VOYAGE D’AURORE

J’ai commencé à écrire ce roman par amour pour l’écriture et par amour pour mon pays. J’ai voulu écrire quelque chose de parlant qui cadre plus avec mon idéal de vie, avec mes indignations face à la société. Je n’ai pas voulu écrire quelque chose de fictif, mais quelque chose qui interpelle les Gabonais sur un sujet précis- ici la richesse et les peuples de la forêt ou de l’arrière pays, mais aussi quelque chose qui éveille la curiosité des autres. Je veux que les gens cherchent à comprendre, à découvrir et à aimer le Gabon tout simplement.

Pour moi Le Voyage d’Aurore est donc  le début d’une aventure qui consiste à faire découvrir le Gabon et la société gabonaise dans ce qu’ils peuvent offrir de beau et d’agréable, mais aussi  dans leurs manquements.

En un mot, j’aime mon pays et je veux le partager et j’espère que je continuerai de le faire et à dire tout simplement ce que je pense et à livrer mes espérances.

Bibliographie:

-Voyage d’Aurore, Paris, la société écrivains, 2007 , ( réedition la doxa)

- J’ai résolu de…,  Paris , Acoria, 2008

 -Petites histoires des personnages de la bible, Paris, La doxa

- Le Royaume de longo, tome 1, 19 p, Paris, La doxa

 » Avoir la longue bouche » par Nadia Origo

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 17:25

Je dirai que cet organe ( la bouche) nous sert à dire tout haut ce que nous avons à cœur. « Avoir la longue bouche », m’a permis de dire ce que plusieurs comme moi pensent certainement. Oui si « avoir la longue bouche » c’est de dire qu’il existe d’extraordinaires paysages au Gabon et qu’il serait temps qu’on en parle et qu’on les découvre ,alors je l’ai eue. Si avoir la longue bouche c’est de direque la préservation de notre belle forêt est plus qu’essentielle c’est avoir la longue bouche, alors je l’ai eue. Enfin,

si « avoir la longue bouche » c’est de
dire qu’il faut désormais faire attention à la manière dont nous avons gérés nos richesses naturelles jusqu’ici, alors je l’ai eue et j’espère avoir encore à dire tout haut ce que je pense pouvoir et devoir dire. Des « longues bouches »,
je crois que malheureusement il n’y en a pas assez, encore moins là où elles devraient se faire entendre.

Est-ce à dire que « j’ai la longue bouche »

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 12:47

Carton jaune.

  

  Carton jaune! parce que tu as instauré une loi qui m’empêche de vibrer à tes côtés le week-end au moment où j’ai besoin de doux câlins tu disparais dans le néant!  

  Jusque là je n’ai pas science de cette loi qui ne sert qu’à faire des malheureuses de mon genre. Tu sais mon biscuit il est agréable, doux et tranquille de se faire bichonner sans mendier. 

  Je suis une mendiante et je te soule. Je mendie tout: le bonjour, les bisous, les câlins, les attentions, le pipi, je sais que tu en a par dessus la tête. Je sais je t’en demande trop.  Et si tu anticipais mes doléances.    Mais que faire contre ce trop , contre cette volonté manifeste de te sentir  d’aussi loin que tu sois.     Envoie-moi Ton tout, crois -moi, je ne te chercherai plus; puisque je l’aurai à ma disposition. Quoi de mieux que de jouir De tes rires, de tes colères, de tes suffocations, de tes soupirs, de tes pets, de tes odeurs…    Je serai comblée et tu n’auras plus de mes messages truffés de jérémiades, miaulant et mendiant en permanence un quelque bien. Tu seras bien aimable de bien vouloir t’exécuter ! La paix est à ce prix.   N’es tu pas fatigué d’avoir une quémandeuse à tes côtés ? Porteras tu plainte pour harcèlement sentimental et affectif ? 

    En tout cas pour éviter toute perturbation de ma part, toute humidité et toute indiscrétion qui pourrait te porter préjudice, Envoie- moi  je te prie et ce d’urgence les raisons de ma perturbation. Munie d’elles je te laisserai tranquille. Pas certaine. Mais je ferai un effort de me contenter de toi. Encore faut-il que ce membre puisse parler pour aboutir à ce résultat!    S’il ne parle pas, il faudra bien que tu m’envoies aussi la bouche, parce que sans elle, je ne pourrais bénéficier d’une voluptueuse humectance . Dans tous les cas, tu es condamné à m’envoyer cet outil essentiel à ma jouissance.   

  Toutefois, je reste persuadée que tu en a besoin pour présider tes réunions, alors , il vaut mieux me donner ma dose avant ou après tes réunions. On ne peut pas être partout à la fois.   Mais si tu veux la paix, que tu ne peux acheter au supermarché, il vaut mieux que je sois déjà rassasié de Toi.  En quête d’une ataraxie permanente,  Je ne sais pas si je pourrais quitter  mon nouveau statut : celui d’une mendiante.

          Il fallait que je parle. Est-ce à dire que j’ai la longue bouche ?.     

14 octobre, 2007

Les nouvelles écrites par des gabonais

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 17:32

  De nombreux Gabonais se sont illustrés dans un genre : la nouvelle. Dans les tableaux qui vont suivre.  Vous trouverez non seulement des receuils de nouvelles, mais aussi les titres de nouvelles parues dans dans un ouvrage collectif.

Titres de recueils de nouvelles      

Titres 

Auteurs 

 Date,  lieu de publication, collection;

ISBN 

L’enfant des masques 

Ludovic  Obiang  1999, Paris,  Libreville, L’Harmattan  ( Coll. Encres noires), Editions Ndzé, 164 p.  2-911464-08-7. 

Et si les crocodiles pleuraient pour de vrai     2006, Paris, Editions Ndzé,    

           

 Ce soir, je fermerai la porte   Edna Merey-Apinda   2007, Paris , L’Harmattan, 95 p.  978-2-296-02952-1    
           

 Recueil de nouvelles  Nadège Noèlle Ango Obiang  2003, Paris, éditions des Ecrivains, 119 p 

           

           

           

Nouvelles d’Ivoire et d’outre tombe  Jean- Juste Ngomo  2003 , Paris, Harmattan  ( collection Encres noires 233), 170 p.  ISBN 2-7475-4268-8 

Intrigues paranormales 

Nouvelles du Como et de nulle part

  Jean Juste Ngomo 2003, Abidjan, Nouvelles éditions africaines ( Coll. Amaniè) ,  132 p. 

Paris , L’Harmattan, 2007. 

ISBN 2-84487-185-2. 

Au pays de Mbandong 

Eric Joèl Békalé 

Paris, L’Harmattan,  2001    

  Le Mystère de Nguéma     Paris, L’Harmattan, 2005.   

           

 Quelques nouvelles parues dans des ouvrages collectifs.

Merci de nous aider à completer ce tableau

Nouvelles publiées dans un ouvrage collectif.

« Voler dans la mains des pauvres » 

Georges-Gauthier  Revignet- Ngote   204-217 .pp    
« Le mystère d’Odabor »  Ludovic Obiang  in Le huitième péché, Libreville  Editions Ndzé, pp.  ISBN 13 : 978-2-911464-32-4. 
« La mésaventure de Nguéma »   Ferdinand Allogho Oké  2001 réimpression 2005,  Libreville, éditions Ndzé in je suis vraiment de bonne foi, pp.  ISBN 2-911464-25-7 
« Le Nganga blanc »   Jean Divassa Nyama jenesuispasdebonnefoi.jpg 2001 réimpression 2005,  Libreville, éditions Ndzé , in Je suis vraiment de bonne foi.,  Editions Ndzé  pp   ISBN 2-911464-25-7 
« Pour jouer du tam-tam, maître »     2001 réimpression 2005,  Libreville, éditions Ndzé , in Je suis vraiment de bonne foi ISBN 2-911464-25-7 
« On a perdu Monsieur Paul »  Ludovic Obiang  2002,  in  Amours des villes. Villes africaines, Paris, Co-édition Dapper/ Fest’ Africa ,    
           
 « Le jour se lève à Ossengué »    lacase.jpg 1998, in  La case, Libreville,  Editions Ndzé  pp     
           

  

Les romans écrits par des Gabonais en 2007

Classé dans : publications gabonaises — azokhwaunblogfr @ 11:21

  » Même si elle n’a pas l’epaisseur de la forêt gabonaise, la littérature gabonaise existe «  en témoigne les publications ( romans) de cette année 2007              

 - Cueillez-moi, jolis messieurs, Paris, Gallimard;  par Bessora

- Le voyage d’Aurore, 2007, Paris, La société des écrivains, 96 p.

Par Nadia Origo

- Suplice  d’une veuve, Paris, Edilivres. par Sylvain  Nzamba

- Prisionnières d’un rêve, Paris, Publibook. Douka Zita Alida

-Mon amante, la femme de mon père, Paris, L’Harmattan;    par Sylvie

 Ntsame 

 -Interdit au féminin , Paris, L’Harmattan, par Honorine Ngou

 - L’Autre, Quebec, Ed. Fondation littéraire Fleur de lys, par Ngoma Synthia

- Le savant inutile, Paris, L’Harmattan, 2007, par Jean René Ovono Mendame.

-Le signe de la source,  Yaoundé, Clé, par  Maurice Okoumba Nkoghé

1...3435363738
 

quelques mots parmi tant d'... |
MA PETITE FEE |
Sur une île un trésor |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mona... lit ça!
| le blog de jeanluke et des NEQ
| Le jeux Lyrique